Retour sur la journée de formation des étudiants de l'IRTS Normandie

Mardi 29 janvier, toute l'équipe de l'Institut était présente à l'IRTS (Institut Régional du Travail Social) de Normandie pour sensibiliser 95 étudiants, futurs travailleurs sociaux, aux méthodes d'éducation non formelle aux droits de l'Homme utilisées par l'Institut. 

Depuis 2013, l’Institut intervient auprès des étudiants de l’Institut Régional du Travail Social (IRTS) de Normandie dans l'objectif de les former à des méthodes d'éducation non formelle aux droits de l'Homme qu'ils peuvent par la suite appliquer dans leur milieu professionnel, auprès des personnes qu'ils accompagnent.

Après une matinée consacrée à quelques ateliers d’éducation non formelle dont ils étaient les acteurs, l’après-midi, les étudiants ont dû adapter un atelier ("d'accord / pas d'accord") aux publics avec lesquels ils seront ou sont déjà confrontés avec deux situations pour exemple :

Situation n°1 : « Vous êtes travailleur(se) social(e) dans un foyer d’hébergement accueillant des adultes en situation de handicap travaillant la journée en Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) . Sur les 10 adultes que vous accompagnez, : certains restent muets face à d’autres plutôt leaders et vivent très mal les conflits ou les disputes ; certains sont très sensibles à ce que pense leur référent et veulent toujours lui faire plaisir. De plus, le Conseil de Vie Social existe mais n’est pas efficient, par manque de participation. Vous souhaitez monter un projet afin de travailler avec eux la gestion des conflits et de la violence. Vous les sensibiliserez à l’importance d’exprimer ses propres souhaits et opinions ».

Situation n°2 : « Vous êtes travailleur(se) social(e) sur un groupe accueillant 10 jeunes garçons et filles entre 13 et 16 ans. Depuis quelques temps, les tensions entre les jeunes sont exacerbées et de plus en plus difficiles à gérer par l’équipe : certains garçons se moquent des filles (leurs vêtements trop féminins ou trop masculins, leurs formes, leurs fréquentations amoureuses, etc…). Les filles se défendent par des insultes pouvant donner lieu parfois à certaines violences physiques. De plus au sein de l’équipe, les travailleuses sociales ont plus de difficultés que les travailleurs sociaux à poser le cadre, les garçons ne leur octroyant que peu de crédit. Vous décidez de monter un projet afin de sensibiliser le groupe à l’égalité homme/femme et/ou de prévenir les violences verbales et physiques ».

Les étudiants ont dû réfléchir par groupe à sept phrases afin d'animer cet atelier en fonction de la situation qui leur était donnée mais aussi d'imaginer et d'identifier les possibles freins du public afin d'adapter leur atelier.

Toute l’équipe de l’Institut remercie l’équipe et les étudiants de l’IRTS pour leur participation et leur écoute.