CauCAN Project : retour sur la formation en Géorgie

L'Institut était en Géorgie du 18 au 24 juin 2019 pour accompagner et former cinq jeunes de Normandie aux méthodes d'éducation aux droits de l'Homme en faveur de la lutte contre les discours anti-démocratiques et de haine.

L'Institut a été retenu il y a quelques mois afin de mettre en oeuvre un nouveau projet d'éducation aux droits de l'Homme dans le cadre du programme Erasmus+ qui vise à soutenir des actions dans les domaines de l’enseignement, de la formation, de la jeunesse et du sport en aidant les organisations à travailler dans le cadre de partenariats internationaux et à partager les pratiques innovantes dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse.

Ce projet intitulé CauCAN (Cau pour Caucase, CAN pour Counter and Alternative Narratives) est mis en place en collaboration avec six organisations en Géorgie, République Tchèque, Azerbaïdjan, Arménie et Pays Bas afin de partager et renforcer nos capacités dans la promotion des droits de l'Homme et en particulier dans la lutte contre la prolifération des discours anti-démocratiques et l'identification de contre-récits pour combattre les discours de haine.

Former des jeunes européens aux méthodes d'éducation aux droits de l'Homme et combattre les dicours de haine

C'est dans ce contexte que l'Institut a identifié et accompagné en Géorgie Jeanne, Elsa, Maxime, Solenn et Sarah, cinq normandes déjà familières des méthodes d'éducation aux droits de l'Homme, afin qu'elle participe à une formation visant des jeunes des différents pays impliqués, co-animée par l'équipe de l'Institut. Elles ont rejoint un groupe composé au total de 28 jeunes et de 4 formateurs issus de France, Géorgie, République Tchèque, Azerbaïdjan, Arménie et des Pays Bas.

Les objectifs de la formation :

  • Approfondir les connaissances des participants sur les discours de haine : apprendre à identifier ces discours et à développer des alternatives (contre-récits, dicours alternatifs) ;
  • Sensibiliser les participants à l’éducation aux droits de l’homme : découvrir les enjeux et leur donner les outils pratiques afin qu'ils s’emparent de ces méthodes. Notamment les participants issus de pays dans lesquels ces méthodes sont encore trop peu connues ;
  • Créer un réseau de jeunes européens engagés sur ces questions-là.

 

La semaine des participants a été rythmé par des ateliers participatifs d'éducation aux droits de l'Homme afin qu'ils expérimentent et qu'ils décortiquent les principes fondateurs de cette méthode. Ils ont été les cobayes pendant la première partie de la formation pour ensuite être réparti par groupes multicultels afin de préparer et d'animer eux-mêmes des ateliers d'éducation aux droits de l'Homme. Ils ont notamment travaillé sur les manières de répondre rapidement aux discours de haine et sur l'identification de groupes régulièrement cibles des dicours de haine (roms, migrants, LGBTQI+).

Prochaines étapes du projet CauCAN :

  • Du 6 au 20 juillet : Job shadowing - La venue de jeunes des pays du Caucase en Normandie pour observer les méthodes de travail de l'Institut et s'en inspirer ;
  • Novembre : International Workshop à Brno en République Tchèque avec 15 jeunes de l'ensemble des Etats impliqués dans le projet afin de les outiller et de construire ensemble un guide regroupant les contres-récits permettant de combattre les discours de haine dans les pays du Caucase.

Les partenaires du projet : Droni en Géorgie Be International en Republique Tchèque Common Sense Youth en Azerbaïdjan Gyumri Youth Initiative Centre en Arménie CAAT Projects aux Pays Bas.


Focus sur Jeanne, Elsa, Maxime, Solenn et Sarah, les cinq jeunes normandes formées en Géorgie


De gauche à droite : Jeanne, Elsa, Maxime, Solenn et Sarah.

Jeanne, 22 ans et étudiante en Master Grande Ecole, a été embre du jury international du Prix Liberté 2019. La formation a permis d’outiller Jeanne qui voit de nouvelles approches dans son engagement associatif.

Elsa, 22 ans et étudiante en communication, a été service civique sur le programme pédagogique Walk the Global Walk sur l’année scolaire 2018/2019. Cette expérience lui a donné l’envie de poursuivre la découverte de nouvelles cultures en participant à de nouveaux projets d’échange de jeunes.

Maxime, 24 ans et étudiante en anglais et gestion de projet européen, a été service civique sur le programme pédagogique Prix Liberté sur l’année scolaire 2018/2019. Cette expérience a permis à Maxime de mettre en pratique ses compétences en anglais. Elle se sent également plus prête à animer des ateliers de sensibilisation aux droits de l’Homme dès la rentrée.

Solenn, 20 ans et étudiante en journalisme, a participé à l’école des droits de la personne à Winnipeg en 2017. Suite à cette expérience en Géorgie, Solenn se sent plus équipée à déconstruire les discours de haine dans le cadre de son futur métier de journaliste. Elle souhaite également proposer des activités d’éducation aux droits de l’Homme sur cette thématique à ses camarades de promotion.

Sarah, 25 ans, diplômée d’un Master 2 droits de l’Homme et animatrice droits de l'enfant a été participante aux formations à l’éducation aux droits de l’Homme de l'Institut en 2017 et 2018. Cette expérience CauCAN, qui s’ajoute à celles auxquelles elle a participé, a été un vrai plus pour Sarah qui se sent désormais outillée pour mener des ateliers d’éducation aux droits de l’Homme dès cet été avec des jeunes.