Prix Liberté 2021 : L'Institut anime les délibérations du jury international

du 10 au 13 février 2021

Le Prix Liberté est un dispositif pédagogique de sensibilisation à la liberté, à la paix et aux droits de l’Homme ancré dans les valeurs portées par le Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. Il invite les jeunes de 15 à 25 ans en France et dans le monde entier, à désigner chaque année une personne ou une organisation engagée dans un combat exemplaire en faveur de la liberté. Parmi ses temps forts, le jury international de jeunes de 15 à 25 ans qui se réunit du 10 au 13 février par visioconférence, pour étudier les 251 personnes ou organisations soumises via l’appel à proposition « Notre Prix Liberté 2021 » par des jeunes du monde entier, débattre et déterminer collectivement qui sont les 3 personnes ou organisations dont les combats sont, selon lui, les plus représentatifs d'un combat pour la liberté. Partenaire depuis la création du dispositif, l'Institut international des droits de l'Homme et de la paix anime ces 4 jours de délibérations.

Cette année, ils sont 30 jeunes de 15 à 25 ans dont 20 filles et 10 garçons à composer le jury du Prix Liberté. Dans ce jury, 8 sont normands (Calvados, Orne, Manche, Eure, Seine-Maritime), 6 viennent d'autre régions de France (Loire-Atlantique, Rhône, Hérault, Haute-Vienne, Hauts-de-Seine) et 14 viennent du monde entier (Allemagne, Espagne, Nicaragua, Côte d'Ivoire, Maroc, Italie, Canada, Pays-Bas, Argentine, Inde, Etats-Unis, Pologne, Ukraine, Niger, Mexique, Jordanie).

Pendant plusieurs jours, ils vont devoir se souder et ne former qu’une voix afin d’étudier les 251 personnes ou organisations soumises via l’appel à proposition « Notre Prix Liberté 2021 », délibérer et sélectionner les trois finalistes du Prix Liberté 2021. Pour cela, ils seront accompagnés de Nadia Khiari, dessinatrice de presse plus connue sous le nom de Willis from Tunis, le chat qu'elle dessine pour commenter l'actualité de La Tunisie, son pays.

L’Institut international des droits de l’Homme et de la paix anime les délibérations, à travers des activités d’éducation aux droits de l’Homme et à la citoyenneté démocratique participatives basées sur le respect de l’opinion de l’autre et mobilisant des compétences telles que la capacité à travailler en équipe, l’esprit critique ou l’argumentation.

Après une première phase d’élimination qui ne retiendra que 10 demi-finalistes, le jury devra les départager samedi 13 février pour ne retenir que 3 finalistes. 

Pour se préparer et être opérationnel dans leur rôle dès mercredi, les membres du jury ont déjà été réuni en visioconférence les samedis 23 janvier et 6 février afin d'apprendre à se connaître mais aussi et surtout d'élaborer leur grille de critères commune qui les guidera pendant leurs délibérations.

Afin d'aider le jury dans leurs travaux, l'équipe de l'Institut international des droits de l'Homme et de la paix a élaboré un programme d'activités pédagogiques sur mesure, via des outils numériques, leur permettant de mener à bien leur mission.