Concours de plaidoiries pour les droits de l'Homme de Palestine 2013

6 octobre 2013, cinquième #CIP de Palestine

Pour cette cinquième édition, la délégation qui s'est rendue en Palestine en octobre 2013 était conduite par Alain Tourret et Laurent Beauvais, respectivement président de l'Institut et président de la Région Basse-Normandie. Les quelques jours passés sur place ont permis au groupe d'assister au Concours de plaidoiries (Cf. ci-dessous) mais également de découvrir le pays. Tous ont ainsi pu se rendre à Jérusalem, à Hébron, à Béthléem ainsi qu'à Yad Vashem, le Mémorial de la Shoah. A l'occasion de la visite de ce dernier, Laurent Beauvais et Alain Tourret ont rendu hommage aux 76 Justes parmi les nations de Basse-Normandie.

Le Concours s'est donc tenu le dimanche 6 octobre à l'Université Al-Quds (Jérusalem). Comme chaque année depuis 2009, le désir des organisateurs est d’agiter les consciences. Les droits de l’Homme sont universels, leur violation l’est tout autant. Prendre conscience est un premier pas, mais connaître les arguments pour dénoncer l’inhumanité est primordial. L’avocat, dans son rôle essentiel de défendeur, est à cet égard le mieux placé pour nourrir notre réflexion. C’est là l’ambition des organisateurs, au-delà de la compétition. 

Huit avocats ont plaidé à Jérusalem en 2013: Anne-Laure Boileau (barreau de Caen), Sabreen Abu Medine (barreau de Jérusalem), Cavit Yurt (barreau de Bruxelles), Adnan Khalileh (barreau de Ramallah), Charles Merlen (barreau de Lille), Mohammed Shtayyeh (barreau de Naplouse), Delphine Manuel-Lauriano (barreau de Caen) et Majda Awajna (barreau de Jéricho). Des sujets très variés mais une constante parmi tous les avocats présents: une volonté de pointer du doigt des cas précis de violations des droits de l'Homme à travers le monde. Après les délibérations du jury, c'est Charles Merlen et son "mur qui tue" qui a remporté le Concours. "Ce mur situé entre l'Inde et le Bangladesh et l'éloquence du jeune plaideur ont touché le jury" (Xavier Oriot).