Formations d'avocats 2012

Stip, 15 et 16 septembre 2012 : le droit international et européen des droits de l’Homme

La formation de septembre 2012 avait pour thème les droits de l’Homme. Il s’agissait de présenter l’utilisation qui peut être faite du droit international et européen des droits de l’Homme dans la pratique quotidienne de l’Avocat. Deux avocats experts en droits de l’Homme, Marie-Anne Soubré-M’Barki et Richard Sédillot (Cf. ci-dessous), coutumiers du concours de plaidoiries du Mémorial de Caen et membres du conseil scientifique de l’Institut, ont animé ces échanges dynamiques autour des droits de l’Homme. Monsieur Schlumberger, Ambassadeur de France en Macédoine, a ouvert la formation avec une invitation à développer ces actions en faveur de l’État de droit et de la démocratie. Depuis l’ambassadeur Jean-Claude Schlumberger a été nommé à la tête de la mission de l’OSCE au Kosovo.

 

Richard SEDILLOT est avocat au Barreau de Rouen depuis 1988. Il a longtemps enseigné le droit comparé, les droits de l'Homme et le droit international à la faculté de droit et à l'École Supérieure de commerce de Rouen. Il a été membre du Conseil de l'ordre pendant 10 ans, puis vice président de la commission « droits de l'Homme » du Conseil national des barreaux français. Il est membre de la Conférence internationale des barreaux, de l'union internationale des avocats et milite au sein de diverses associations de défense des droits de l'Homme. Il est expert droits de l'Homme auprès du conseil consultatif des barreaux européens et membre du conseil du barreau pénal international. Il intervient régulièrement devant des juridictions étrangères et effectue des missions d'expertise pour des institutions internationales, notamment auprès de l’Organisation des Nations Unies, du Conseil de l’Europe et de l’Union européenne.

 

Marie‐Anne SOUBRE‐M'BARKI est avocate depuis 1997. Après avoir exercé à Lyon, elle exerce au Barreau du Val d'Oise depuis 2000. Elle est spécialisée en droit de la famille et en droits des étrangers et de la nationalité, matière qu'elle enseigne depuis 6 ans auprès d'étudiants de Master. De même, elle enseigne régulièrement la plaidoirie aux élèves avocats et forme plusieurs fois par an des travailleurs sociaux, à l'accueil et au soutien des femmes victimes de violence ainsi qu'à l'accueil des étrangers. Elle a également formé des personnels de police et de gendarmerie pour la prise en charge des femmes victimes. Elle a milité dans différentes associations et particulièrement au sein de "Ni Putes Ni Soumises" durant plusieurs années, association dans laquelle elle a mis en place la plateforme juridique de soutien aux femmes en difficulté et elle est toujours membre du Conseil d'Administration de celle-ci. Elle est également administratrice du CIDFF Val d'Oise (Centre d'Information du Droit des Femmes et des Familles) association de soutien aux femmes victimes de violences. Elle a également beaucoup plaidé pour l'amélioration des conditions de détention en France, et pour une meilleure prise en compte par la France des droits des gens du voyage français que ce soit devant les juridictions françaises ou la CEDH. Elle est membre de la Commission Droits de l'Homme de son Barreau et a organisé différents colloques dans ce cadre. Après avoir remporté en 2002 le prix d'éloquence de son Barreau, elle a remporté en janvier 2004 le Concours du mémorial de Caen.

Le droit international et européen des droits de l’Homme


 

Ohrid, 16 et 17 juin 2012 : le rôle de l’avocat dans le règlement précontentieux et contentieux des litiges au travail

Cette formation était résolument axée sur la pratique contentieuse et précontentieuse, offrant ainsi aux avocats participant matière à réflexion sur leur propre façon d’aborder les litiges liés au monde du travail. Médiation, conciliation, mise en forme des dossiers, contentieux de la grève…

Toutes ces questions ont été abordées de manière directe entre les experts (Cf. ci-dessous) et les avocats. L’échange est au cœur du projet pédagogique de cette formation : non pas les normes et les savantes solutions dégagées par les juridictions macédoniennes ou françaises, mais l’art de l’avocat, qui dépasse les questions de frontières normatives ou de cultures juridiques.

 

Ce premier cycle de formation a été dispensé par deux experts français, Dominique Maugeais et Octave Tournaille.

Dominique Maugeais, 57 ans, est diplômée en droit international (DEA en 1981, Université de Paris I Panthéon Sorbonne) et en philosophie du droit (DEA en 1993, Université de Paris II, Assas). Elle a enseigné le droit français et le droit international (Warwick Université – RU, Université de Paris I Panthéon Sorbonne). Elle est avocate à Caen depuis 18 ans. Depuis 2003, elle s’intéresse aux modes alternatifs de résolution des conflits ; en particulier la médiation et le droit collaboratif.

Octave Tournaille, 68 ans, est un ancien salarié du Crédit lyonnais. Militant syndicaliste au sein de la CFDT, il s’est depuis longtemps spécialisé dans la représentation des salariés au sein des instances paritaires, il a été notamment secrétaire permanent du Comité d'entreprise du centre administratif de Bayeux (1700 salariés) de 1969 à 1979. Il a été ensuite président général du Conseil des Prud’hommes de Caen (collège des salariés). Formé à la gestion des conflits individuels au travail, il s’est spécialisé sur les questions de médiation au travail. Il participe à des formations sur ces questions.

Le rôle de l’avocat dans le règlement précontentieux et contentieux des litiges au travail