• Accueil
  • /
  • Nos actions
  • /
  • Tout public
  • /
  • Aborder les droits de l’Homme en classe, Madagascar 2014

Aborder les droits de l’Homme en classe, Madagascar 2014

Première partie de la formation: 24-29 novembre2014.

L’Institut, avec l’appui de la COPération DECentralisée de Basse Normandie / Région Atsinana, a organisé une formation à l’éducation aux droits de l’Homme à destination des enseignants des lycées de Tamatave du 24 au 29 novembre 2014 dans les locaux de la coopération de Tamatave.

L’objectif de cette formation était de donner aux participants des moyens concrets d’aborder les droits de l’Homme en classe, afin de permettre aux élèves de s’en emparer. Pour se faire, l’Institut s’est appuyé sur deux outils du Conseil de l’Europe : « Repères », qui est un manuel pour la pratique de l’éducation aux droits de l’Homme avec les jeunes, « Repères junior », manuel pour la pratique de l’éducation aux droits de l’Homme à destination des enfants.

Cette formation initialement prévue sur 5 jours consécutifs a été divisée en 2 pour des raisons de difficultés de remplacement des professeurs participants à cette formation. La première partie s’est donc déroulée sur 3 jours en novembre et la seconde partie a eu lieu en mars 2015, à l’occasion du concours lycéen de plaidoiries pour les droits de l’Homme.

Pour une dynamique de groupe optimale, nous avions fixé le nombre de participants maximum à 15. Sur les formulaires d’inscription, les participants ont unanimement demandé à améliorer leurs connaissances sur les droits de l’Homme en général, sur la Convention Internationale des Droits de l’Enfants (C.I.D.E.) ainsi que sur les outils pédagogiques nécessaires à la sensibilisation des jeunes aux droits de l’Homme.

Le programme a été conçu sur trois grands axes : fédération du groupe, connaissances théoriques sur les sujets demandés puis mises en place d’activités pouvant être transposées dans les classes.

Le groupe, bien qu’hétérogène tant par le niveau des participants que par leurs provenance, a bien fonctionné.  Dans les questionnaires de satisfaction faisant suite à notre intervention, le groupe a été perçu comme soudé, motivé et dynamique.

Nous avons constaté une très bonne participation de chacun dans le groupe.

A la fin de la formation, trois groupes de travail se sont créés afin de mettre en place une action concrète et immédiate :

  • un projet de formation des Instituteurs ;
  • un projet d’intervention auprès des primaires ;
  • un projet d’intervention auprès des lycées / collèges.

Deuxième partie de la formation: 18 mars 2015.

Suite à la première partie de la formation (Cf. ci-dessus), les participants se sont retrouvés à la Maison de la Coopération de Tamatave le 18 mars 2015.

La journée a commencé par un moment de retrouvailles chaleureuses, suivi par la mise en place d’ateliers que les participants n’avaient pas encore testés. Ils ont ensuite échangé sur les activités qu’ils ont pu mettre en place et partagé leurs premières expériences dans le domaine de l’éducation non formelle :

 

  • Un projet de sensibilisation aux droits de l’Homme auprès des instituteurs et des élèves de primaires piloté par un groupe de huit personnes formées par l’Institut a vu le jour. Elles sont intervenues lors des journées de formation à destination des enseignants et des éducateurs du primaire à Noël dernier. La majorité des travaux et des ateliers qu’elles ont présentés a porté sur les droits des enfants, sur les explications des textes plus généraux, ainsi que sur la manière de se les approprier et leurs implications dans la vie quotidienne. A la suite d’inspections surprises dans les classes, les responsables de la circonscription scolaire de Tamatave ont constaté une évolution des pratiques, ce qui tend à prouver que la sensibilisation auprès des instituteurs a plutôt bien fonctionné. Une autre session de formation est d’ailleurs prévue à Pâques.

 

  • Les autres enseignants, faute de temps et de créneaux horaires permettant la mise en place d’un projet plus dense, ont utilisé les activités présentées dans la méthode plus ponctuellement, que ce soit auprès des classes de CM1/CM2 (50 élèves) que des classes de lycées.

 

  • Un groupe de préparation au concours de plaidoiries lycéens s’est également inspiré des activités présentées par les formateurs de l’Institut. Un projet de clubs sur les droits de l’homme à destination des jeunes est en cours de réalisation. Chaque lycée de Tamatave va créer un club des droits de l’Homme qui se réunira en dehors des temps scolaires et des échanges entre club viendraient enrichir la réflexion. La mise en place est prévue lors de la prochaine rentrée scolaire.

 

  • Enfin, les enseignants ont pu s’appuyer sur les méthodes d’éducation non formelle pour la préparation des élèves participant au concours « Ambassadeur en herbe » concours initié par le Service Pédagogique de l’AEFE et placé sous le parrainage de l’UNESCO.

 

La journée de restitution s’est achevée par la remise des diplômes à chaque participant par le directeur de l’Institut.